01 02

Sur l’Algérie et la France

     Le territoire connu aujourd’hui sous le nom « d’Algérie », qui dans sa partie littorale fut soumis successivement aux Carthaginois, aux Romains, aux Vandales, aux Byzantins, puis depuis le VIIIème siècle aux Arabes presque constamment en lutte contre les révoltes berbères, était au début du siècle dernier un protectorat de l’empire turc ottoman sous la désignation de « régence d’Alger ». Ce n’était donc pas un État et sa population alors inférieure a un million d’habitants ne constituait pas une nation.

     L’établissement de la France, en 1830, s’il a pour motif de créer une diversion a de nombreuses difficultés de la monarchie restaurée, a pour origine l’envenimement d’une querelle financière entre le gouvernement du roi de France Charles X et le principal chef local ayant le titre de « dey d’Alger »; lequel est directement intéressé au règlement d’une créance des commerçants israélites Busnach et Bacri qui, sous la révolution française, plus de trente ans auparavant, à l’époque du Directoire, avaient vendu du blé d’Afrique du Nord aux Français.

     L’installation de la puissance française s’étant poursuivie sous le règne de Louis-Philippe 1er et la brève période de la IIème république, dès 1860 Napoléon III envisage de créer un « royaume arabe » en Algérie, associé à l’Empire français. Mais son renversement par une émeute républicaine à Paris, accompagné aussitôt de la publication d’un décret d’Adolphe Crémieux avocat d’extrême gauche et ministre israélite du nouveau gouvernement, le 24 octobre 1870, accordant la qualité de Français aux seuls juifs indigènes, à l’exclusion donc des Arabes et des Berbères, provoque une formidable insurrection en Kabylie conduite par le bachaga Mokrani qui venait de se battre pour la France contre la Prusse; laquelle est suivie d’une brutale répression. Depuis lors, malgré des progrès matériels considérables sur place, la IIIème République n’apporte aucune des solutions souhaitables aux problèmes politiques particuliers à l’Algérie. Ce n’est que sous l’autorité du maréchal Pétain de 1940 à 1942, que s’apaisent des revendications séparatistes, notamment grâce à l’abrogation du décret Crémieux. Avec l’arrivée de De Gaulle à Alger, en 1943, sera rétabli le décret honni tant par les arabo-berbères que par la quasi-totalité des Européens d’Algérie. Comme en 1870, une insurrection cette fois dans le Constantinois en mai 1945, est matée dans le sang, sous l’autorité du même De Gaulle, assisté de son ministre de l’Air Charles Tillon, ancien chef de la résistance communiste en France (F.T.P.). C’est l' »Épuration » sectaire menée contre les Français pétainistes, additionnée de cette répression appliquée à des Algériens autochtones déçus, avec encore les faux résultats d’élections systématiquement truquées qui conduiront à la « guerre d’Algérie », débutant en novembre 1954, devant durer huit années, avec des conséquences prévisibles calamiteuses pour tout le monde, qui sont plus que jamais d’actualité, en Algérie même.

Sur l’O.A.S. et Jeune Nation

     Le sigle O.A.S. (Organisation Armée Secrète) est né à Madrid, en février 1961, d’un groupe d’exilés politiques; il sera popularisé en Algérie et partout ensuite à partir de mai 1961, après l’échec d’un sursaut militaire connu sous le nom de « putsch des généraux ». Il recouvre indifféremment pour le public l’ensemble des activités attribuées aux partisans de l’Algérie française, pendant toute la période qui s’achève début juillet 1962, tant en Algérie qu’en France métropolitaine. L’autorité nominale appartenait au général Raoul Salan, ancien commandant en chef en Indo-chine et en Algérie, l’officier le plus décoré de l’Armée française y compris de l’ordre national de la Francisque; contraint du fait de sa haute personnalité à l’immobilisation dans un lieu tenu secret à Alger, où il vivait en famille, pratiquement isolé. En fait, celui qui régnait en maître sur l’O.A.S. officielle était Jean Jacques Susini, étudiant en médecine né en 1933, ancien adhérent de Jeune nation à Lyon avant 1958, mais sans être militant; dirigeant du Front national français avec Jospeh Ortiz jusqu’aux « Barricades d’Alger » en janvier 1960, et désormais responsable de la branche Action politique et propagande. En compagnie de sa maîtresse et de son garde du corps, un boxeur d’origine juive tunisienne qu’il fera disparaître à la fin, il dominait intellectuellement un « soviet de capitaines », qui lui servait d’instrument et d’intermédiaire pour la mise en application de ses méthodes personnelles, tenant plus d’une sorte de gangstérisme citadin que des nécessités d’une action politique nationale, réfléchie et partagée. De cela, un de ses soucis majeurs était d’entraver le développement de l’O.A.S. en Métropole, qui seul pouvait apporter un « poumon extérieur » permettant de l’importer sur l’imposture gaullienne, mais l’aurait lui réduit à échéance à un rôle bien inférieur.

     L’envoie du capitaine Pierre Sergent à Paris répondait à cette hantise, a chargé pour celui-ci à la tête de la Mission II de faire appliquer une « politique de non-action », trouvant son prétexte dans le souci de ne pas laisser discréditer l’O.A.S. auprès de politiciens métropolitains « indépendants » ou « socialistes » hostiles à De Gaulle pour bien d’autres raisons que sa seule politique algérienne, dans la pratique, ne disposant pour toute la France que d’une demi-douzaine d’officiers subalternes « en rupture de régiment », n’ayant de contacts restreints qu’après de quelques littérateurs et journalistes, ou de rares politiciens bien dans le « Système »: plumitifs et discoureurs sans audience réelle, le rôle du « chef d’État-major de l’Organisation sécrète armée métropolitaine » se trouva réduit à s’opposer d’abord au colonel Antoine Argoud, puis par la suite André Canal responsable de la Mission III; tout en voulant ignorer les réseaux déjà constitués, les plus nombreux, les plus motivés, les plus actifs. La priorité était donnée à l’envoi postal de « message aux parlementaires » pour leur faire savoir que le but de l’O.A.S. était plutôt de contraindre De Gaulle à reculer ou à se retirer légalement, sans avoir recours en Métropole à des actes « révolutionnaires ». D’où le rejet par voie de presse de toute responsabilité dans l’attentat raté de justesse contre De Gaulle, à Pont-sur-Seine, dans l’Aube, le 8 septembre 1961, dont l’organisateur était déjà le colonel Bastien-Thiry, sous le pseudonyme de « Germain », exécuté par des éléments ignorés de l’embryon de hiérarchie O.A.S. « respectable » mise en place en Métropole. À ce sujet, il est très important de noter que délibérément aucune initiative ne fut jamais prise par l’O.A.S. sous la coupe de Jean-Jacques Susini pouvant aboutir à une disparition provoquée de De Gaulle, ce qui aurait tout changé. Tous les attentats tentés contre celui-ci furent l’œuvre de patriotes exacerbés par l’immunité de sa politique algérienne; ils ne reçurent jamais ni instructions, ni subsides, ni moyens techniques, ni approbations en ce sens. Précédemment, du 9 au 13 décembre 1960, dix mois après les « Barricades » et quatre mois avant le « Putsch », De Gaulle avait parcouru une nouvelle fois l’Algérie, sans la moindre tentative contre sa personne, alors que la conservation des départements algériens et du Sahara français était à cette condition, avant d’autres.

     La rencontre de Jean-Jacques Susini avec les représentants du F.L.N. algérien, dès le mois de mai 1962; la mansuétude dont il a bénéficié extraordinairement de la part des autorités judiciaires gaullistes, notamment après l’assassinat du colonel Gorel, ancien trésorier de l’O.A.S., explique son silence obligé depuis. La dérive de l’O.A.S. et son échec sont à mettre à son compte, sans oublier la responsabilité de ceux qui l’ont laissé faire ou aidé à mal faire. L’assassinat de mon ami du mouvement Jeune Nation Michel Leroy, chef du Front nationaliste, ainsi que son adjoint René Villard le 19 janvier 1962 à Alger, lui sont directement imputable. Le crime contre la nation que fut la neutralisation voulue de l’O.A.S. métropolitaine « officielle » est principalement à sa charge. « L’Histoire de l’O.A.S. » parue sous sa signature en 1963, rédigée et publiée au sein de l’équipe journalistique regroupée, après la bataille qu’elle n’avait pas faite, autour de la revue « L’Esprit public », n’a comporté qu’un seul tome sans valeur et sans suite. C’est tout ce que pouvait produire des non-combattants pour un faux-combattant, dans le même temps où les vrais combattants étaient pourchassés, arrêtés, condamnés.

Sur hier, pour aujourd’hui et demain

     De l’histoire de l’Algérie, à celle de l’O.A.S., par rapport à la France d’aujourd’hui, en rappel d’événements datant d’une génération, il faut dire ce que fut le combat exemplaire des militants nationalistes issus du mouvement Jeune Nation à cette époque. Ils furent de loin les plus conscients, les plus clairvoyants, les plus conséquents. Les premiers, en 1954, pour refuser le renouvellement en Algérie des erreurs de la crucifiante guerre d’Indochine, ils dirent qu’il fallait renoncer à l’illusion de faire de chaque musulman algérien un Français de France et ainsi pour d’autres habitants de l’Algérie non-Français de souche, ils répétèrent que l’assimilation ne pouvait intéresser que des individus en particulier et que l’intégration devait tendre à mieux unir la province d’Algérie aux autres provinces du territoire national proprement dit, afin de mettre en commun les espaces stratégiques et les ressources énergétiques. Toujours les premiers, en 1958, ils furent parmi les seuls à ne pas se réjouir du retour imposé du retour de De Gaulle au pouvoir, par connaissance de ses prises de positions publiques antérieures et privées plus récentes tant qu’au sort qu’il envisageait pour l’Algérie; ils l’exprimèrent bien haut par l’écrit, la parole, la manifestation, préconisant le « Non » au référendum du mois d’octobre de cette année-là. Encore les premiers, dès le début de 1960, ils entrèrent pote partie, hommes et moyens, dans la clandestinité, sachant très bien la suite inéluctable que prendrait la détermination de De Gaulle d’imposer par la force sa solution, qui devait se révéler comme la pire des solutions: celle de la décadence, de l’imposture et de la tragédie. Et à partir de ce moment, ils ne cessèrent de tenter de convaincre des militaires de haut rang qu’aucune action d’envergure en Algérie n’avait de chances sérieuses de succès final si elle n’était pas accompagnée simultanément d’une action en Métropole, dans un ensemble civil et militaire, menée résolument en opposition au régime et pas du tout en se réclamant des mêmes références que celui-ci.

     Bien qu’ayant pendant des mois, à Paris, pris une part importante et active à la préparation du soulèvement d’avril 1962 en collaboration principalement avec des dirigeants militaires, si les cadres issus du mouvement Jeune Nation furent tenus au courant du report de la date initialement convenue, ils ne furent pas, volontairement, informés de la fixation de la nouvelle date. Néanmoins, leurs correspondants algérois prirent la décision de s’emparer de toute l’armurerie du commissariat central d’Alger, qui au lendemain du 22 avril constitua le premier armement des nouveaux clandestins de l’O.A.S. Quelques jours après, le 8 mai, les responsables parisiens de la même mouvance organisèrent à l’occasion de la fête de Jeanne d’Arc à Orléans, la première manifestation publique de soutien au mouvement d’Alger, faisant déployer par les militants nationalistes devant André Malraux, ministre de De Gaulle, une banderole indiquant: « Aujourd’hui, Orléans c’est Alger ».

     Pour conclure, je crois qu’il n’est pas encore opportun de révéler toutes les actions auxquelles furent liés les éléments provenant du mouvement Jeune Nation, efficacement est très discrètement, en Métropole particulièrement, des événements d’avril 1961 jusqu’en juillet 1962, et un peu au delà. Cependant, j’estime utile maintenant de ne plus cacher mes liaisons personnelles avec le colonel Bastien-Thiry et aussi avec le soldat jusqu’alors inconnu de ce combat pour l’honneur et la nation, le patriote d’ascendance gaulliste qui par patriotisme national opta enfin pour la tendance nationaliste de l’O.A.S., le précieux informateur non identifié séjournant au Palais de l’Elysées de par l’importance de ses fonctions, celui que recherchent encore le commissaire anti-O.A.S. Jacques Delarue et l’académicien-historien Alain Decaux, avouant leur ignorance sur les antennes de télévision quant à son identité, lui reconnaissant un rôle certain dans l’affaire de l’attentat du Petit-Clamart à l’encontre du bradeur de l’Algérie française, même pas au profit à terme de ce qu’il nommait « l’Algérie algérienne ».

     Hier, par deux fois, en 1945 et 1962, les activités politiques de De Gaulle, empreintes par dessus tout de suffisance et de rancœur, ont très profondément traumatisé la société française dans sa morale et son physique. Aujourd’hui, à la simple vue de la situation en France et en Algérie, il est clair que les conséquences de son double passage au pouvoir, avec le maintient de sa Constitution et la permanence de son parti, sont là; un immense gâchis de deux côtés de la Méditerranée. Demain, il faudra beaucoup d’intelligence, un sacré caractère, une solide nature pour en arriver à bout, si possible, c’est-à-dire si la Providence le veut.

Fondateur du mouvement et du journal Jeune Nation. M. Pierre Sidos. O.A.S. : «Le combat exemplaire des nationalistes».

Jeune Nation, décembre 1993. Semper fidelis, page 5.